Parcours du spectateur

Saison 2021-2022

Comme chaque année, nous vous proposons de découvrir d’autres lieux et d’autres esthétiques.

Fraternité


Carolina NGUYEN – Théâtre de l’Odéon – Paris
Mercredi 13 octobre 2021 à 20h
Une catastrophe inexplicable a effacé une partie de l’humanité, contraignant ceux qui sont restés à se confronter à l’énigme de cette disparition. Ensemble, les humains font corps pour rendre un sens à l’Histoire – témoignant pour les absents, consolant les présents, préparant la mémoire du prochain siècle.

Quel sera l’héritage qu’ils laisseront ?


Les Hortensias


Patrick Pineau – MC93 – Bobigny
Dimanche 28 novembre 2021 à 16h
Robert, Lola et Huguette coulent des jours heureux au Couvent des Hortensias. Leur quotidien y est doux, rythmé par les jeux de société, les bals le samedi soir, les visites le dimanche. Mais cette tranquillité risque
d’être mise à mal.


Que viennent les Barbares


Myriam Marzouki- Théâtre du Fil de l’eau – Pantin
Vendredi 14 Janvier 2022 à 20h

Artiste d’un théâtre de la pensée qui s’engage dans les enjeux de notre époque, Myriam Marzouki détricote les imaginaires qui font que les peaux non blanches n’entrent pas dans la carte postale française. À quelle altérité renvoie cette surface de l’apparence que nul ne choisit ? À quelle peur ? À quelles histoires ?


Pères


Elise Chateauret, Thomas Pondevie – Nouveau Théâtre de Montreuil
Avril 2022 (date précise donnée ultérieurement)
Sur le thème de la famille, des entretiens ont été menés, interrogeant durant un an des habitants
de Sevran, Malakoff et des alentours pour constituer la matière de leur nouvelle création. Après
avoir constaté que seules des femmes répondaient spontanément à leurs sollicitations,
ils ont décidé de traiter leur thème du point de vue des hommes !


Richard III


Mathias Langhoff – Marcial di Fonzo Bo – Grande Halle de La Villette
Jeudi 12 mai 2022
Pièce de guerre, cette tragédie faisait écho dans les années 1990 à la guerre du Golfe, à la Bosnie, au Rwanda… C’est vers d’autres catastrophes, d’autres détresses que se tourne la mise en scène vingt-cinq ans après. Tant que la machine terrestre sera détraquée, le « matériau Shakespeare » dans son universalité imposera son effrayante nécessité.

Renseignements et inscriptions : letheatredelanoue@gmail.com